Un accomplissement personnel : Les effets de l’entraînement

Je ne suis pas une personne que l’on considère sportive. Je ne suis pas du type diète. J’ai un travail, 2 enfants et comme la majorité, j’ai l’impression de manquer de temps. J’ai un petit ventre et je manque parfois de souffle. Quand je me regarde dans le miroir, je ne peux pas dire que je suis très enjouée par l’image que j’y vois.

Ce paragraphe, c’est un peu du passé. Je n’ai pas encore atteint tous mes objectifs, mais cela s’en vient. Grâce à mes collègues de travail, j’ai enfin trouvé de la motivation. J’ai bien tenté par le passé de faire des changements dans mes habitudes de vie, mais sincèrement, c’est beaucoup mieux quand nous sommes en équipe.

Cela a débuté il y a environ 2 ans. Une collègue m’a parlé du programme qu’elle suivait pour améliorer ses habitudes alimentaires. Cela a piqué ma curiosité. Je l’ai laissé faire quelques temps histoire de voir si cela était probant. Elle s’est mise à perdre du poids sans que l’entrainement soit trop intense. J’ai alors tenté ma chance. Cela a fonctionné. Bientôt, nous fûmes 2-3-4 à faire attention et à nous donner des trucs concernant notre alimentation. Nous nous réjouissions des résultats de chacune et nous informions de la progression vers les objectifs visés. Nous avons pour la majorité réussi.

Cette année, un autre type de défi nous a été lancé par une infirmière de la clinique. Nous devions participer au 5 km de course du défi des entreprise à Ste-Catherine-de-la-Jacques-Cartier le 31 mai dernier. Je partais de loin, mais j’ai accepté histoire de me faire du bien et de relevé le défi. Franchement, je doutais d’y arriver. Je n’ai jamais aimé courir depuis que je suis petite. Du 30 secondes de course et 2 minutes de marche, je suis rendue à 12 minutes de course et 1 minutes de marche. Je n’y crois pas encore. J’ai pris le goût au jogging et je suis même en manque si je ne cours pas au 2 jours.

Ce ne sont pas de grands exploits pour certains, mais pour moi, c’est une nette amélioration et je conseille à tous de commencer en équipe. Que ce soit en famille, avec des amis ou des collègues de travail, soutenez-vous et donnez vous des buts à réaliser. Commencez par des petits et augmentez graduellement. Vous verrez, c’est bon pour le moral.

 

 

source image: http://elevatingsuccess.co.uk/achievement-coaching/

Pour un 31 octobre sécuritaire

L’Halloween est un événement amusant pour les enfants, mais tout à leur excitation, ils oublient parfois certaines consignes de sécurité. Il est donc important de ne pas négliger leur sécurité lorsqu’il est question de costumes, de décorations, de friandises et d’autres activités prévues pour la fête. Citrouilles illuminées, costumes fragiles ou compliqués, circulation routière et friandises dangereuses sont quelques-uns des risques encourus. De simples précautions suffisent à faire de l’Halloween une expérience sécuritaire et réjouissante pour toute la famille.

  • Accompagnez vos enfants tous les ans jusqu’à ce qu’ils soient en âge de sortir avec un ami. Les enfants non accompagnés d’un adulte peuvent se faire blesser ou intimider par d’autres enfants, ou être la cible d’un prédateur. Quand vos enfants sont assez grands, assurez-vous alors qu’ils sont avec un ami ou en groupe et que vous connaissez le chemin qu’ils prendront. Ou suivez-les à distance pour les tenir à l’œil.
  • Dites à vos enfants de ne pas courir d’une maison à l’autre, de rester sur le trottoir ou sur le côté de la rue qui fait face à la circulation et de traverser uniquement aux coins des rues, en prenant soin de bien regarder des deux côtés. Si vous prenez le volant le jour de l’Halloween, conduisez lentement et prenez garde aux enfants. Soyez prudents lorsque vous entrez dans une allée ou une ruelle ou que vous en sortez.
  • Remettez une lampe de poche à chaque enfant afin que les automobilistes et autres conducteurs puissent le voir plus facilement.
  • Demandez à vos enfants de rester dans les endroits bien éclairés, de choisir des maisons illuminées de l’extérieur et de ne jamais entrer dans une maison ou monter dans une voiture.
  • Un sac à dos pourrait être utile au cas où le sac de friandises deviendrait trop lourd.
  • Dites à vos enfants de ne pas manger leurs friandises avant que vous ne les ayez examinées. Jetez celles qui ne sont pas emballées commercialement ou dont l’emballage est desserré, déchiré ou perforé. Si vous trouvez que certaines friandises semblent avoir été trafiquées, avertissez la police. Un enfant qui a soupé avant de sortir est moins tenté de manger ses friandises en cours de route.
  • Veillez à ne pas donner aux enfants des friandises avec lesquelles ils risquent de s’étouffer, comme les bonbons mous, les arachides et les bonbons durs.
  • Vérifiez les jouets et les nouveautés pour vous assurer qu’ils ne comportent pas de petites pièces. Si c’est le cas, ne les laissez pas entre les mains des enfants de moins de trois ans.
  • Pensez à offrir autre chose que des sucreries, comme de la gomme sans sucre. Autocollants et crayons multicolores peuvent très bien remplacer les friandises. Demandez des suggestions à vos enfants.
  • Si votre enfant est diabétique, faites le tri des friandises qu’il a ramenées et gardez celles que vous pourrez intégrer à son alimentation. Le reste peut être échangé avec d’autres enfants ou donné. Les friandises peuvent aussi causer des effets indésirables graves chez les enfants qui souffrent d’allergies ou d’intolérances.

Joyeuse Halloween à tous!

 

 

source: http://www.hc-sc.gc.ca/hl-vs/iyh-vsv/life-vie/halloween-fra.php

Bon Lundi!

Une petite pensée pour vous souhaiter à tous et à toutes une bonne semaine. Prenez le temps de sortir respirer l’air frais, de relaxer, de rire, de méditer! N’oubliez pas, vous êtes plus riche que vous ne le pensez…

Ah! la vie.

Ah! la vie.

La vie est remplie  de surprises, bonnes et mauvaises.  Evidemment les bonnes sont agréables à vivre et on se passerait bien des mauvaises.  Ce n’est pas aussi simple…

Permettez-moi de partager avec vous un peu de mon vécu (puisque je suis jeune depuis longtemps)

Les bonnes surprises, les bonnes nouvelles , on les prend à bras ouverts, on les savoure, les apprécie et surtout on les garde en souvenir. Ça nous fera sourire et même rire quand on y repensera.

Les mauvaises surprises sont plus éprouvantes, plus difficile à vivre. On les prend malgré tout puisqu’on n’a pas le choix.  C’est un passage obligé qui demande de l’énergie, de l’analyse et de la volonté: volonté de s’en sortir, de régler le problème ou d’accepter  la situation.  Par la suite, on continue d’avancer car le chemin est en avant de soi.

Apres réflexion, on constate que ce sont les épreuves qui nous font grandir, nous rendent plus fort et nous amenent vers quelque chose de mieux.

Donc,  dans les passages difficiles il faut voir le meilleur à venir.

Car, bien sur, la vie est une magnifique expérience.

Qu’en pensez-voux?

 

Un esprit sain dans un corps sain.

Un esprit sain dans un corps sain. Cette citation bien connue se fonde à mon avis sur une vérité universelle. Nos états d’âme ont selon moi un impact très grand sur notre santé physique. C’est pourquoi les petits bonheurs sont essentiels ! Il y a des limites à la volonté humaine, et parfois flancher peut faire plus de bien que résister.

Quand la semaine est plus lourde en stress qu’en sommeil, je m’efforce de prendre des engagements envers moi-même ; Plutôt que de travailler, ou d ‘étudier tard, je m’autorise une heure de temps libre. Avec un livre, dans mon lit, ou un épisode d’une série télé que j’aime bien. Si, pendant cette relaxation, le sommeil vient, il ne faut pas le retenir. C’est votre corps qui s’exprime, et qui vous remercie pour cette pause bien méritée !

Dans un monde idéal, il faudrait manger moins. Moins de sucre, moins de beurre, moins des trois ‘’P’’ (pain-pâtes-patates). Plus de légumes par contre. Bref, tous les trucs ennuyeux. Oui, il est nécessaire –vital!- de soigner son alimentation. Mais qui n’a jamais triché me lance le premier gâteau. Je fais mon mea-culpa, j’aime manger. Et je ne me retiens pas au niveau des quantités, ou lorsque j’ai envie d’un dessert. Je me fais plaisir, car je sais que l’essentiel est de revenir aux bonnes habitudes après l’écart.

Tout le monde en exige tellement. Les patrons, les obligations, la famille… parfois, il est nécessaire de s’arrêter pour souffler ! Lorsqu’on se sent lentement perdre le contrôle, mieux vaut arrêter. Dire non. Et prendre un peu de temps pour soi. Rien de mieux qu’un bain chaud pour baisser la tension. Il ne faut pas oublier que nous sommes la personne la plus importante de notre vie ! Les autres attendront…

En résumé, je dirais que la clé pour être en santé, heureux et productif est de se reposer, de ne pas hésiter à se gâter de temps à autres, de rire beaucoup et de se prendre moins au sérieux. Avec une humeur plus légère, ce sont tous les tracas quotidiens qui pèseront bien moins lourd.